Sokuatsu Tanikawa-Ryu

Massage japonais par pressions avec le pied
30mn-40€ / 60mn-65€ / 90mn-90€

Une nouvelle aventure commence dans l’apprentissage du Sokuatsu ou Ashifumi, un massage révolutionnaire par pressions avec le pied.

J’ai acquis les bases techniques auprès de M. Hitoshi Tanikawa, le week-end du 9-10-11 juin 2023. Il ne me reste plus qu’à les maîtriser jusqu’au prochain niveau, assouplir les chevilles et développer le ressenti des pieds. L’enseignement de Maître Tanikawa est progressif, précis et rigoureux. Nous avons longuement répété les pressions sous l’oeil vigilant de ses assistants; je suis capable aujourd’hui de vous le faire découvrir sur les membres inférieurs avec justesse, et fidèlement.

« je pensais que c’étaient vos mains »

« je me suis presque endormie»

« mes jambes sont plus légères »

« c’est mieux que le shiatsu! »

« jai hâte de recevoir sur le corps entier »

M. Tanikawa ne revient qu’en février 2024 et il nous faut attendre pour suivre le niveau 2 et recevoir sur le corps entier.

Les effets du sokuatsu

La légèreté est l’effet majeur du sokuatsu et ma petite cliente ne s’y est pas trompée: simultanément, le sokuatsu assouplit les muscles, libère les articulations, relâche les fascias et active la circulation de la lymphe.

Et, à cet effet de légèreté s’ajoute un puissant effet régénérant: le sokuatsu, comme le shiatsu, stimule le système nerveux autonome. Relaxation profonde et regain de vitalité sont au rendez-vous.

Un massage REVOLUTIONNAIRE

Une amie m’a dit récemment en apprenant ma participation à ce nouveau stage: « Mais jusqu’où iras-tu dans la formation? Encore un outil supplémentaire dans ta boîte à outils! »

Je ne sais pas jusqu’où j’irai, peut-être jusqu’au Japon.

Cela fait déjà dix ans que je masse et certains n’attendent pas autant pour enseigner afin de compléter leur activité en cabinet. Alors que mon expérience et mes qualifications pourraient m’encourager à transmettre mon savoir-faire, je souhaite plutôt être en mesure de pratiquer le massage le plus longtemps possible et me perfectionner. J’ai toujours choisi avec soin mes formateurs pour leur enseignement du massage au plus proche de son origine. Aujourd’hui, je reçois directement celui d’un expert japonais, qui n’a pas eu de maître et dont la méthode de pressions par les pieds est totalement originale.

Entretien avec Hitoshi TANIKAWA

Le Sokuatsu améliore ma pratique du massage.

Quand on masse vraiment (surtout en shiatsu) et qu’on ne fait pas juste des effleurages et lissages, ou de la « digito-connexion », c’est physique, on sue et on fatigue ses articulations, notamment celle des pouces et des poignets.

Pour le shiatsu, je comprends enfin comment sortir l’articulation du pouce lors des pressions. Même si je savais que c’était pour la protéger, j’avais des difficultés à le faire. Cependant, grâce au sokuatsu, son « grand frère », et par analogie avec la jambe, je pose la pulpe du pouce comme je pose la plante du pied et je fléchis l’articulation métacarpo-phalangienne comme je fléchis le genou. Enfin!!! le DECLIC!!! Et désormais, ça se fait tout seul, sans réfléchir.

De même, pour le massage à l’huile, je pense ménager les poignets non seulement en les maintenant dans l’alignement de l’avant-bras, mais aussi en accordant plus d’attention à la flexion/extension du coude.

Le sokuatsu permet au masseur de pratiquer longtemps sans se fatiguer, tout en se relaxant: prendre de la hauteur, descendre son attention au niveau de ses pieds, favoriser le retour veineux et l’élimination des déchets, s’étirer…

Le Sokuatsu, un massage au potentiel ENORME

Tout d’abord, le sokuatsu libère : prendre de la hauteur permet de ne plus avoir la tête dans le guidon, de porter le regard droit devant soi, tout en gardant un oeil sur la pression, et, en prenant appui sur le corps du receveur allongé au sol, de mieux sentir le mouvement d’élévation. Travailler debout libère les bras, relâche les épaules et permet une respiration plus ample. Le transfert du poids du corps se fait plus aisément debout que sur les genoux. L’espace devient plus important, une dimension s’ajoute, le champ de manoeuvre s’élargit et chaque centimètre compte.

Ensuite, le sokuatsu est plus subtil. Bien que le pied soit souvent négligé, voire dévalorisé, il propose d’infinies possibilités. Le pied offre une plus grande surface d’appui que la main et sa forme, associée à la mobilité de la cheville, permet d’en exploiter toutes les parties, avec différents angles d’attaque. Les jambes sont plus imposantes que les bras, ses muscles sont plus forts; avec le transfert du poids du corps, le pied peut être sept fois plus puissant que la main et les pressions plus profondes. C’est naturellement avec le pied que nous battons la mesure, le tempo joue un rôle essentiel, des pulsations variées peuvent être mises en oeuvre. Tout cela (et encore je n’ai parlé que de pressions), finement orchestré avec toutes les subtilités techniques que nous délivre généreusement M. Tanikawa, plus qu’un expert, virtuose en la matière, permet de composer un massage exceptionnel. Voilà déjà mes premières constatations alors que je n’ai même pas encore développé le ressenti de la plante des pieds. Le pied est plus sensible que la main. C’est parce que nous portons des chaussures que nous le sous-estimons. Les terminaisons nerveuses y sont très développées et les sensations que nous sommes capables de supporter avec la main peuvent être intolérables avec le pied.

Enfin, je sais que je peux être encore plus douce avec le pied que je ne le suis avec la main, tout en gagnant en profondeur.

LESS IS MORE

***

Voilà ma réfléxion à l’issue du premier stage Sokuatsu. Sur les réseaux sociaux, j’ai laissé exploser ma joie tellement je suis heureuse de cette découverte, qui me permettra d’exercer longtemps un métier qui me passionne, et heureuse de cet apprentissage réalisé dans des conditions idéales: pas de « bla-bla » inutile et de grandes théories, de la pratique, de la pratique, de la pratique… un bel encadrement, de nombreuses corrections et pas de pause à rallonge… Le tout dans une ambiance chaleureuse, avec des personnes sympathiques. Je suis redescendue lentement de mon petit nuage, j’avais besoin de faire le point et c’est chose faite.

Je remercie infiniment M. Antoine Di Novi d’importer le Sokuatsu en France et en Europe, d’organiser les stages et de nous permettre de bénéficier de l’enseignement direct de M. Tanikawa, qui a bien raison de placer en lui toute sa confiance: il est un parfait médiateur et un digne représentant.

Retour en haut